Solutions Manutention

IMG_0134


CMV, un petit chariot astucieux !

IMG_0134

Le chariot de manutention CMV 200 permet de charger et décharger des marchandises dans un véhicule utilitaire en gagnant un temps considérable et en toute sécurité pour l’opérateur et les produits. Ce système d’aide au transport de charges lourdes et encombrantes va ainsi trouver une application dans de nombreux métiers. Cet outil permet à son utilisateur d’emporter l’ensemble du dispositif avec son chargement dans son véhicule, et ceci avec un minimum d’encombrement.
Arrivé à destination, il peut le réutiliser pour décharger et transporter sa charge. La capacité de charge de ce chariot est de 200 Kg par plateau, avec la possibilité d’avoir jusqu’à 3 plateaux par châssis. Fiable et léger, ses structures sont mécano soudées en aluminium et inox tubes carrés de 4×4 cm. Pour une meilleure ergonomie, le chariot se règle à vide à la hauteur du véhicule utilisé. Il est utilisable par tous les modèles de véhicule de type utilitaires existants car il est est réglable en hauteur (de 47 à 68 cm du sol). Sa largeur totale au niveau de ses roues (76 cm) lui permet de passer des portes et des ascenseurs. Léger (15 Kg), le CMV peut emprunter des terrains accidentés grâce à ses roues de grand format pleines et increvables. Il peut également recevoir des charges longues jusqu’à 2 mètres grâce à ses poignées amovibles.

POURQUOI ?

Quand une entreprise française a une bonne idée, il faut la faire connaître !
La société CMV est une jeune entreprise française basée dans la Marne. De plus, le Chariot CMV 200 a été reconnu comme une solution technique participant à limiter les risques de TMS par les organismes de santé au travail (OPPBTP, CARSAT, MSA).
Enfin, cet outil breveté est conforme à la norme CE, certifié DEKRA et grand vainqueur du concours des Inventeurs EFI 2015.

Solutions Manutention N°15 >> mai/juin 2016


Retrouvez-nous en page 36 du dernier numéro de mars de Prévention BTP (OPPBTP)

une-oppbtp p36-oppbtp

Chariot de manutention tout-terrain

Le chariot CMV 200, équipé d’un plateau mobile, permet de charger, transporter et décharger des charges jusqu’à 200 kg sans efforts. Il est réglable à la hauteur du véhicule utilisé.
Par ailleurs, la largeur limite du dispositif de 76 cm facilite le passage des portes et des ascenseurs. Son châssis, en aluminium et inox de 15 kg, le rend véhiculable.


Passage radio sur France Bleu


France Bleu Champagne-Ardenne du vendredi 11 décembre 2015


Le Roi de la Bricole



Articles Union – 12 décembre 2015


TF1 REPORTAGES du 12 décembre

 

Le chariot CMV-200 a été vu dans l’émission REPORTAGES sur TF1.

Non précisé dans le reportage, nous vous informons avoir obtenu la Seconde place au concours TRANSTECH de Bordeaux le 8 Octobre


Un Mourmelonnais bientôt sur TF1

Ce samedi 12 décembre à 13 h 20, le Mourmelonnais Pierre Fernandez passera dans l’émission Reportages de TF1, consacrée aux bricoleurs et aux inventeurs. Technico-commercial dans le bâtiment, il se passionne depuis toujours pour le bricolage et a imaginé, en 2004, un charriot de manutention véhiculable (CMV) innovant, conçu pour réduire les risques de troubles musculo-squeletiques. Plus d’infos sur www.cmv-france.fr.

L’hebdo du vendredi – décembre 2015


Communiqué de presse TF1

Pierre, 43 ans, est père de trois enfants, Charles 15 ans, Marie 12 ans et Victor 5 mois. Il habite depuis dix ans une grande maison qu’il a rénovée entièrement de ses mains. Ce bricoleur expérimenté veut transmettre sa passion à son fils aîné.   » La première fois qu’il m’a vu bricoler, son premier commentaire, c’était  » comment tu galères « . Je lui ai dit je vais arrêter de galérer tout seul, tu vas venir m’aider « .  Aujourd’hui, ils s’attaquent aux travaux de rénovation de la salle à manger. Et cela commence par la pose d’un faux-plafond. Ensemble, ils ont aussi fabriqué un chariot pour transporter du matériel en voiture sans s’abîmer le dos.  Dans quelques jours, ils vont le présenter à un concours.  » La concurrence est rude, mais on n’a pas fait 800 kilomètres pour s’arrêter là ! « L’enjeu est important. S’ils gagnent, leur fameux chariot pourrait être commercialisé.
 


Pierre Fernandez sous les projecteurs

L’inventeur mourmelonnais du chariot de manutention véhiculaire (CMV), qui permet de faciliter le chargement de marchandises jusqu’à 200 kg dans des véhicules utilitaires, est sous le feu des projecteurs. Une équipe de TF1 est venue à Mourmelon-le-Grand le filmer dans le cadre de travaux de rénovation de son domi­cile qu’il réalise avec son fils Charles, 15 ans. L’idée principale du reportage est la transmission de la notion de bri­colage et de passion à son fils.

Article du journal l’Union – novembre 2015


Présent au salon VITeff sur le stand CSGV
LOGO VITEFF logo CSGV


Journal l’Union du 23 septembre 2015
Un Mourmelonnais a inventé un chariot pour décharger sans effort
Pierre Fernandez a créé un outil de travail pour faciliter le chargement de marchandises, jusqu’à 200 kg, dans des véhicules utilitaires .

 

 

2084656495_B976600125Z.1_20150922173407_000_GH2574UOQ.3-0.png

Pierre Fernandez a conçu le chariot de manipulation véhiculable (CMV) à l’été 2014.

 

Créatif, pour sûr, Pierre Fernandez, 43 ans, a eu une idée géniale. Une aptitude familiale, son grand-père était lui- même un peu inventeur. «Avec un bout de bois et un élastique, il faisait un hélicoptère», se souvient le Mourmelonnais.

Technico-commercial dans le secteur du bâtiment, il lui arrive de temps en temps de livrer des seaux de colle, résine, ré- agréage… pour dépanner ses clients lors de ses déplacements. Manipulation physiquement pénible à force de répétition, un jour de l’été 2014, il a le déclic. Dans son établi fourni en ferraille, disqueuse, perceuse, boulonnerie…, Pierre Fernandez imagine un outil de travail permettant de transporter et charger jusqu’à 200 kg de marchandises, sans effort, dans des véhicules utilitaires.

Le chariot de manipulation véhiculable est né.

« J’avais réalisé un prototype pour mon utilisation. Au fil des jours, je me suis rendu compte de l’intérêt des personnes me voyant l’utiliser. J’ai pris la décision de déposer le brevet auprès de l’INPl (institut national de la propriété industrielle, NDLR). Un brevet que je compte étendre à l’Europe en novembre. »

Médaille d’or au concours des inventeurs à la Foire

Le principe est simple : après avoir bloqué le chariot contre le véhicule, il suffit de déverrouiller le système qui retient les caisses, les laisser glisser sur les rails et le tour est joué ! « Il est universel et réglable en hauteur. Le châssis est en aluminium et en inox et pèse 15 kg», précise Pierre Fernandez.

Dans la perspective de commercialiser son outil, il crée, le 20 août, une société avec son épouse Élise, salariée du Champagne Vranken à Reims.

« C’est une aventure privée que je mène en parallèle de mon activité principale. J’y travaille le soir, le week-end », souligne-t-il.

Dénommée CMV Industrie, les initiales reprennent logiquement- celles du nom de son invention mais celles aussi du prénom de ses trois enfants, Charles, Marie et le petit dernier Victor.

«C’est également l’anagramme de VMC, une entreprise chère au cœur de mon père, qui était le patron de Nicopack emballage et a longtemps travaillé avec l’usine rémoise spécialisée dans la fabrication de verres creux. »

Très vite, sa création se fait remarquer. Pierre Fernandez remporte le 5 septembre, sur la 69e Foire de Châlons, la médaille d’or du concours organisé par l’association Europe France inventeurs. « J’en suis fer. C’est vraiment reconnu et c’est plaisant. »

Depuis, tout s’enchaîne. Il a obtenu récemment le certificat d’aptitude à l’emploi délivré par l’organisme Dekra, qui atteste du bon fonctionnement de son chariot.

Cette semaine, il a reçu confirmation d’un prêt d’aide de la part d’initiative Marne Châlons-en- Champagne.

Félicité et même déjà sollicité par des entreprises et des artisans, Pierre Fernandez a confié la fabrication de ses chariots à la Tôlerie Industrielle rémoise.

Au rang des projets, Pierre Fernandez a bon espoir de décrocher un marché avec La Poste au niveau national et avec la plate-forme du bâtiment.

La création d’une usine en ligne de mire

« Pour le moment, je travaille aux référencements dans des catalogues. Faille-Hubert à Reims a été le premier à me faire confiance dès le début. Mon objectif ultime est de monter une usine, qui ne ferait pas du mono-produit. On pourrait le décliner en différentes longueurs, largeurs, le faire sur mesure. »

Passionné, motivé, déterminé, Pierre Fernandez a mis tout en œuvre pour aller jusqu’au bout de son rêve.

« Je ne vais pas m’arrêter en chemin avec une bombe atomique dans les mains ! »

CÉLINE S0UHAMI
Journal l’Union du 23 septembre 2015

 

 


01-actualite-page

 

 


ArticleFoiredechalons